Banu Narciso

Cette série est née d’une envie d’expérimenter à la fois le dessin et d’exprimer quelque chose qu’on ne peut pas raconter autrement. Certes, il y a des histoires dans mes dessins mais ce qui m’intéresse principalement c’est lorsque une impression peut devenir une narration. C’est pour cette raison que mes dessins refusent leur expression par le langage. Malgré leur intimité je parle de pensées et d’émotions qui appartiennent à tout le monde sauf qu’on ne peut pas les communiquer par crainte de tomber dans la mièvrerie, le cliché ou l’ina- vouable. Pourtant ils sont là, dans des profondeurs variées, au coeur même du quotidien de chacun.
A côté de la peinture à l’huile et des dessins de grand for- mat qui nécessitent une méthode plus élaborée, je des- sine quotidiennement sur des petits formats avec de la gouache noire. Cette technique simple me permet d’être beaucoup plus spontanée et libérée des longues et coû- teuses préparations. Elle constitue également la partie la plus nourrissante dans ma recherche. Il y a un certain répertoire, des thèmes et des motifs, qui se transfor- ment, se superposent, disparaissent, réapparaissent et dans ce processus il y en a des nouveaux qui émergent. Mes dessins sont «vite faits» mais il ne s’agit pas d’ auto- matisme ni d’esquisse. J’ai une nécessité de dessiner un peu plus vite que l’intellect, d’où parfois des surprises qui dirigent ma curiosité vers des directions inattendues.